//

actualités

BIENTÔT LA RENAISSANCE D’UN PORT À BERVILLE-SUR-MER ? Ou comment gommer une erreur du passé…

Dans l’estuaire de la Seine, à 10 km de Honfleur, se trouve le petit village de Berville-sur-Mer, seule commune maritime du département de l’Eure. Cela signifie que Berville est baignée par les eaux salées de la mer.

Depuis des temps immémoriaux, Berville-sur-Mer était un port de pêche avec ses marins-pêcheurs et ses bateaux pittoresques. Ce port a fait la prospérité du village et la richesse de ses habitants, en suscitant l’installation de toute une série d’activités économiques telles que celle des mareyeurs, de chantiers de maintenance navals, des petits commerces, de la restauration, des cafés, un hôtel. Tout allait bien dans le meilleur des mondes jusqu’à ce que, voici 40 ans, tout a changé…

Pour améliorer la navigation sur la Seine, d’importants travaux furent entrepris : endiguement des berges de la Seine et création d’un grand chenal de navigation. C’est de là qu’est venu le malheur. En effet, les travaux de creusement du chenal allaient extraire d’énormes quantités de boues et de vase dont il faudrait se débarrasser au plus près, afin de limiter les frais d’évacuation. C’est ainsi qu’un esprit spécieux et saugrenu demeuré prudemment anonyme, eut l’idée de décharger les boues dans le port de Berville, ce qui en provoquerait le comblement. En échange, on promettait aux marins-pêcheurs de les accueillir dans le port de Honfleur. Erreur, funeste erreur…

Berville avait également un autre atout dans sa « manche » puisqu’à l’époque, ni le Pont de Tancarville, ni le Pont de Normandie n’existaient. On franchissait la Seine en prenant un bac qui faisait la liaison entre Berville et le lieudit « La Hode » sur la rive droite. Ce seul point de passage du secteur générait un important trafic qui dynamisait le commerce local. Toujours est-il que les édiles de l’époque acceptèrent (pourquoi ? comment ?) le démantèlement du Bac de la Hode dès lors que le Pont de Tancarville serait mis en service.

Ces deux événement conjugués, le comblement du port et l’arrêt du bac, marquèrent le début d’un déclin implacable de la vie économique du village et de son arrière pays. Toutes les activités économiques ont périclité depuis lors, au point qu’il ne reste plus qu’un petit bar qui fait également « dépôt de pain ». Cela prouve par l’exemple, le rôle de locomotive économique que jouait le port vis à vis du village de Berville. Toute la population de Berville-sur-Mer a compris que la disparition de son port a été une erreur monumentale et tragique.

L’actuel Maire de Berville-sur-Mer, Eliane Benoît-Gonin se bat énergiquement depuis une quinzaine d’années pour recréer un port à Berville-sur-Mer. C’est pour elle, et aux yeux de tous, une condition « sine qua non » de renaissance de son village sur le plan économique.

Elle a élaboré un projet de port de plaisance et d’activités touristiques basé sur une stratégie de développement durable et de qualité de vie, et qui vise l’excellence en matière d’écologie et de respect de la nature. Ce projet est destiné à apporter une pulsion de vie dans le village, et de le faire renaître. Il est actuellement en cours d’examen au niveau des collectivités publiques concernées et de l’État et il bénéficie a priori d’un préjugé favorable.

Quand on sait qu’actuellement  le délai d’attente moyen est de 30 ans pour obtenir un « anneau » dans un port de plaisance, nul ne peut douter de la pertinence du projet de la Commune de Berville-sur-Mer !

Discussion

One Response to “BIENTÔT LA RENAISSANCE D’UN PORT À BERVILLE-SUR-MER ? Ou comment gommer une erreur du passé…”

  1. j aimerais avec contact avec les gens du projet car il peut etre judicieux d additionner un angar de reparation nautique . Je suis actuellement en preparation d un dossier pour le montage d une entreprise de reparation naval. Habitant conteville ceci peux etre un plus sur mon choix de creation ou de reprise d une entreprise sur berville
    salutation Mr berne

    Posted by BERNE | 16 février 2011, 13 h 17 min

Post a comment